Dans le Vieux Bassin houiller du Boulonnais, les ouvriers mineurs de Réty, Hardinghen et Fiennes s'expriment par la révolte devant l'incompréhension et l'injustice qu'ils ressentent: émotion, émeute, coalition. Ainsi, à cinquante ans de distance, en 1791 et 1841, et à l'époque de la Terreur en 1793-95, le recours à la force armée s'impose aux autorités de l'arrondissement de Boulogne pour ramener le calme et préserver l'ordre. Quelques regards sur la question sociale qui accompagne les débuts du long XIXe siècle.
Martial Herbert est professeur agrégé de géographie, membre du conseil scientifique et administrateur du Cercle d'Etudes.
Titre de la conférence et résumé :
« La reconstruction après 1945 - Pour un confort moderne dans des villes repensées »
  En mai 1945, l'agglomération boulonnaise est à l'état de ruine. Les destructions à Boulogne et au Portel représentent 85 % à 90 % du bâti d'avant guerre. Les voiries, réseaux d'eau, d'électricité, de téléphone et d'égouts sont anéantis. Ces destructions cumulées nécessitent un plan général de reconstruction. Pierre Vivien, jeune architecte urbaniste originaire d'Amiens, est choisi dès le printemps 1945 pour établir les plans de ce qui doit faire de l'agglomération boulonnaise une agglomération qui tiendra compte des besoins d'une cité moderne (idéale et fonctionnelle). De nouvelles règles d'urbanisme seront appliquées qui répondent à quatre fonctions de l'activité humaine, dissociées dans l'espace urbain.
"Cycle de conférences 2023
Le XIXe siècle
Conférence n°1